2ème journée : L’avenir du statut des centrales nationales d’achats de médicaments se poursuit en Guinée

0
190

C’est dans un réceptif hôtelier qui a servit de cadre, ce jeudi 2 mars 2017, au cours de la deuxième journée de la 19è assemblée générale de l’association africaine des centrales médicales (ACAME), les débats portaient sur de nombreux points notamment : Quel statut pour des centrales nationales d’achats de médicaments essentiels performantes dans leur mission de service public ?

A l’entame, Dr Moussa Konaté, directeur national de la pharmacie centrale de Guinée a précisé que la pharmacie centrale c’est un établissement public à caractère commercial, « aujourd’hui la question fondamentale pour la pharmacie centrale de Guinée c’est son statut juridique. C’est vrai que c’est un établissement public à caractère commercial ‘’EPIC’’, le processus de changement statutaire est en train d’avancer très bien. Mais nous tendons vers le statut d’association sans but lucratif ‘’ASBL’’. Ça veut dire quoi ? L’Etat guinéen accepte de recevoir les partenaires »

Selon le directeur national de la pharmacie centrale de Guinée, le changement de statut de son institution se constituera en trois groupes à savoir : ‘’un groupe constitué de consommateur ; des partenaires techniques et financiers et un groupe constitué de l’Etat », a-t-il énuméré

Et de poursuivre, Dr Moussa Konaté a fait savoir que les partenaires financiers seront un bras financier de la pharmacie centrale de Guinée en cas de changement de son statut juridique dont les retombées reviendront aux consommateurs, « c’est un moyen de contrôle des consommateurs. L’Etat a son rôle régalien de veiller au bon fonctionnement de l’institution. Car, la santé est un droit pour le citoyen. Mais il appartient à l’Etat d’assurer la santé de sa population. Et pour cela, l’Etat définit un cadre juridique qui permet de rendre les médicaments disponibles. Surtout que la problématique de médicaments aujourd’hui fait partie de la priorité du ministre de la santé. Nous acteurs du terrain, nous sommes obligés de nous engager à fond, élaborer des stratégies pour y arriver », a indiqué le directeur général de la pharmacie centrale de Guinée.

A noter que les représentants de vingt un pays africains, membres de l’ACAME, continuent à échanger sur la mise en œuvre d’une nouvelle politique de distribution des médicaments de qualité accessibles aux populations. Et les débats de cette 19è assemblée prendront fin ce vendredi dans la capitale guinéenne.

 

Abdoul Malick pour guineefutur.com

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY