Interview : Le Président de l’Association Etoile de Fouta, Alhousseine Baldé se confie à guineefutur

0
260

En vue de découvrir les talents cachés des jeunes joueurs dans les communes, préfectures et régions en république de Guinée. L’Association Etoile de Fouta (AF) a organisé un tournoi de football sur le stade de ‘’Kabinet Kouyaté‘’ avec la participation de 32 équipes venant de tous les coins de la Guinée. C’est dans cette optique que la rédaction de votre site quotidien en ligne guineefutur a rencontré Alhousseine Baldé, président de ladite association pour parler l’objectif de ce tournoi qui se joue actuellement dans la commune de Matoto à Conakry. 

Lisez…

Bonsoir Monsieur Présentez-vous s’il vous plait à nos lecteurs ?

Alhousseine Baldé, président de l’Association Etoile de Fouta (AF)

Dites-nous quel est l’objectif du tournoi qui se joue actuellement au stade du feu Kabinet Kouyaté ?

Il faut dire d’abord que l’association Etoile de Fouta n’est pas une association simplement pour les ressortissants de Fouta, mais une association nationale qui a un agreement et tous les documents qui l’autorisent à exercer sur le territoire guinéen. Les membres de l’association sont composés de tous les ressortissants guinéens où on peut retrouver des peulhs, des soussous, des malinkés et autres…

Parlant du tournoi, il faut comprendre que c’est la troisième édition du tournoi du football doté du trophée ‘’Mohamed Lamine Bah’’. L’objectif du tournoi est de faire la promotion des journalistes sportifs, mais aussi la formation des jeunes talents cachés dans les différents quartiers du pays.

Après un long constat, les journalistes sont abandonnés à eux-mêmes non seulement par l’Etat, mais aussi par les ONG des droits de l’homme et les ONG sportives….

Pourquoi l’organisation de ce tournoi et qu’est-ce que vous visez concrètement ?

Il faut dire que la première des choses, c’est d’attirer l’attention de l’esprit du gouvernement envers les journalistes sportifs qui souffrent énormément depuis des années. Parce qu’après un constat auprès de notre association depuis 1958, il y a un seul décret nommant un journaliste sportif à un poste de responsabilité. Pour nous, ce n’est pas normal parce que les journalistes sportifs sont des cadres aussi qui sont au service de la nation guinéenne, mais qui sont complètement jetés dans l’oubliette. Par exemple quand vous prenez le cas de doyen Pathé Diallo, le feu Aboubacar Diallo un grand journaliste qui a représenté la Guinée au plus haut sommet de l’Afrique. Et vous prenez un certain Kabinet Kouyaté dont les jeunes de moins de 20 ans ne connaissent même pas s’il y a un sportif qui s’appelait Kabinet Kouyaté, Aboubacar Diallo et autres…. Quand vous prenez les doyens journalistes sportifs d’aujourd’hui comme Gaoussou Diaby, Amadou Dieng, Amadou Diouldé Diallo qui sont aussi jetés dans l’oubliette et qui ne sont pas connu dans la nouvelle génération. Et je pense que ce sont des personnes bibliothèques qui sont abandonnées. La raison pour laquelle, on a attiré l’attention du gouvernement afin de venir au secours dans cette corporation pour faciliter leur travail.

Deuxièmement, on a choisi de donner le nom de ce tournoi au  journaliste ‘’ Mohamed Lamine Bah ‘’ parce qu’il est très jeune par  rapport aux doyens. On n’a pas voulu récompenser le passé, mais on a voulu prendre le présent tout en encouragent ce jeune journaliste talentueux. C’est une manière aussi d’encourager les jeunes et d’autres jeunes à redoubler les efforts et féliciter ces jeunes journalistes. Pour nous quand tu encourages un jeune dans son travail, mais il va redoubler les efforts. Je vous dis, ce n’est pas la personne de ‘’Bah Lamine’’ qui est  visée mais sa corporation et l’époque qu’il appartient. Et troisièmement, il y a des jeunes talents cachés dans les différents quartiers qui n’ont pas souvent l’occasion d’exprimer leur talent à devant les médias ou  devant les personnalités publiques. Donc, c’est une façon pour nous de les permettre de montrer leurs talents voir de vendre leurs talents.

Est-ce que vous avez rencontré des difficultés au côté organisationnel ? 

Il y a des difficultés que nous rencontrées souvent dans cette organisation. Mais, il faut dire que  les difficultés sont financières parce que quand on parle d’un tournoi de telle envergure. Donc, il y a une vingtaine de millions à dépenser parce qu’avec les 32 équipes venant de différentes préfectures, des communes et des régions.  Dans ce cas ça demande assez de moyens. Donc, il est très difficile de trouver un partenaire en Guinée parce qu’on a frappé dans toutes les portes et les réponses sont toujours les mêmes. Les difficultés sont nombreuses que nous avons rencontrées, mais on a géré à notre niveau parce que c’est une association dévouée et engagée.

Quelles sont vos perspectives pour l’année de 2017 ?

D’abord association Etoile de Fouta (AF), c’est une association à collective et à but non lucrative qui s’est fixée des objectifs comme le renforcement de l’unité nationale, la promotion de la paix, du sport et de la culture. Donc, chaque année nous animons des conférences débats animées par des spécialistes. Mais aussi, nous faisons des formations pour augmenter le savoir-faire des membres et les amis de l’association. Souvent, nous organisons des matchs de gala pour rendre hommage aux anciens journalistes sportifs, mais aussi la mémoire des disparus.

Presque nous sommes au mois de décembre, nous avons des perspectives dont je ne peux pas dire pour le moment puis qu’il y a notre assemblée générale extraordinaire qui est prévue en fin de décembre afin de prendre les décisions pour l’année 2017.

Par ailleurs, le jour de la finale, on a prévu de faire venir les plus hautes personnalités du pays surtout les sportifs. Il y aura un groupe d’artistes dirigés par Elie Kamano où il va animer la finale avant le coup d’envoi du match.

A noter que le tournoi a débuté le 5 Novembre et prend fin le 17 Décembre au stade de Kabinet Kouyaté dans la commune de Matoto.

Interview réalisée par Yahya  Dramé

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY