Principes et droits de l’homme dans les Mines : le comité de concertation dans les localités minières à l’école de formation à Conakry 

0
225

 Le Haut-Commissariat des Droits de l’Homme (HCDH), a organisé ce samedi 17 décembre 2016 à Conakry, un atelier de mise en place de l’observatoire national des Comités de Concertation dans les Localités Minières (CCLM) en Guinée.  Cet atelier de trois jours a pour objectif de renforcer les capacités sur les principes directeurs relatifs aux entreprises minières et aux droits de l’homme.  

Dans son discours, Yves BAKOBASSO BOUKPESSI, représentant du HCDH à cette cérémonie, a déclaré que face aux conflits récurrents dans les zones minières dont les implications sur la situation des droits de l’homme étaient devenues préoccupantes, « nous avons été tous taraudés par une multiplicité de questions : Comment prévenir ces actes de violence ? Comment améliorer le dialogue entre les différentes parties prenantes aux conventions portant sur l’exploitation des mines ? Comment assurer un monitoring de la responsabilité sociétale qui incombe aux entreprises tout en assurant la prise en compte des intérêts des investisseurs et des populations ?… »

Le représentant du HCDH a invité donc les membres de cet observatoire à faire preuve de responsabilité dans l’exercice de leurs missions et à faire des principes des droits de l’homme la boussole de toutes leurs actions.  Avant de réaffirmer l’engagement du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme à accompagner la Guinée à relever ses grands défis dans sa marche vers des lendemains meilleurs.

En ouvrant cet atelier, le général Boureima Condé, ministre du territoire et de la décentralisation a précisé que l’une des préoccupations majeures du gouvernement reste la création et la pérennisation d’un environnement paisible favorable aux activités économiques  dans les zones minières.

Et de poursuivre, le président de cette cérémonie de l’installation des CCLM, général Boureima Condé a mentionné la mission qui attend ces acteurs miniers, « votre mission demande du courage,  de l’expérience et de détermination sur le terrain. Actuellement, on n’a pas besoin de l’intervention des forces de l’ordre dans les mines, c’est déjà un mauvais compagnon de l’exploitation minière. Car, c’est vous les CCLM qui devaient vous mettre au-dessous des rivalités entre vous dans les villages et dans vos préfectures pour dire ce qui est de la vérité.  Mais par la force et les menaces ne peuvent pas aller dans l’exploitation minière… », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le patron du MATD a aussi souligné le rôle des CCLM, « je voudrais que cet  atelier puisse vous servir de tremplin afin que cela cesse. Et   que dans les 17 préfectures minières puissent désormais jouer leur rôle. Les CCLM sont créés et installés dans les zones minières du pays pour prévenir et gérer les conflits entre les communautés et les sociétés minières. A date 34 CCLM sont installés dans les quatre régions naturelles du pays. Cette structure faitière collaborera avec la direction générale des relations communautaires et du développement… », a fait savoir général Boureima Condé.

A noter que les membres du CCLM sont composés des représentants du ministère des mines, le MATD, le ministère de l’économie, des finances, la chambre des mines, l’ITIE et la société civile

Abdoul Malick pour guineefutur.com

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY