Deux coordinations régionales appellent à l’arrêt du processus électoral et à la dissolution de la CENI

Les poids lourds de l’opposition guinéenne ont décidé de boycotter les élections législatives et promis d’empêcher leur organisation le 16 février prochain. Le patriarche de la Basse Côte et le président de la coordination nationale des Fulbhès et Haali pular, qui suivent de près la situation, ont fait des propositions pour tenter de mettre fin à la crise.

Elhadj Sékhouna Soumah et Elhadj Ousmane Fatako Baldé ont, dans une déclaration, demandé ‘’la dissolution immédiate de l’actuelle Commission électorale nationale indépendante (CENI) et son remplacement par une commission électorale réellement indépendante et consensuelle, assistée par une institution spécialisée des Nations Unies jusqu’à la proclamation des résultats définitifs’’.

Les deux dirigeants des coordinations régionales ont exigé ‘’l’arrêt de tout le processus électoral en cours sur toute l’étendue du territoire national, jusqu’à ce que les différents acteurs nationaux et internationaux se retrouvent et s’accordent sur toutes les solutions à envisager pour l’organisation d’élections, libres, inclusives, crédibles et transparentes d’ici la fin de l’année 2020’’.

Ils réclament la reprise totale du recensement des électeurs afin que la population guinéenne, y compris celle de la diaspora, soit invitée, sans exclusive, à voter sur la base d’un nouveau fichier électoral crédible et consensuel.

VisionGuinee.Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :